Facile, rapide et gratuit

Créez votre site maintenant

Je crée mon site

Terre de lumière

Suite des messages de Gaïa

 

Le 22 septembre 2015

https://www.youtube.com/watch?v=TncYtWxMSr0

 

Descendez votre conscience dans votre cœur. Soyez en cet instant pure conscience. Demeurez dans le silence. Sentez la paix se déployer dans votre cœur. Sentez votre structure corporelle se modifier. Demeurez pure conscience.

      Vous êtes recentrés dans le cœur, vous êtes pure conscience, et vous laissez la sensation de paix se diffuser, se déployer, d’abord dans tout l’espace de votre corps, ensuite dans toute la pièce, sur tout votre lieu et au-delà. Prenez le temps de vivre ces étapes : corps, pièce, lieu, au-delà.

          Ouvrez un moment les yeux et constatez comment vous percevez votre corps, la pièce, l’espace, dans cet état de pure conscience et de paix. Refermez ensuite les yeux et asseyez-vous dans cet état de paix. Installez-vous dans cette pure conscience et laissez le corps s’imprégner de l’énergie de paix et revenir ainsi à son état d’équilibre, de santé. Observez ce qui se passe en cet instant, en vous, autour de vous.

            Si une distraction survenait dans votre mental, revenez au centre de votre cœur, rétablissez-vous en tant que pure conscience, contactez le rayonnement de paix, et laissez s’opérer les bienfaits de cette synergie pour vous et autour de vous.

            Des ajustements s’effectuent en ce moment. Constatez, restez dans le silence en gardant votre attention aux endroits précités : cœur, pure conscience, paix. Laissez l’alchimie s’accomplir.

            Prenez maintenant contact au-dedans de votre cœur avec un être cher, précieux, important pour vous, et placez-le au centre de votre cœur afin qu’il bénéficie lui aussi du travail qui se fait en ce moment par le cœur, la pure conscience que vous êtes et le rayonnement de paix. Laissez ce phénomène s’opérer pour vous et pour cet être cher placé au-dedans de votre cœur.

                  Invitez maintenant une seconde personne. Cela peut être une personne que vous avez un jour croisée dans la rue, que vous avez sentie en détresse ou en difficulté. Placez-la maintenant dans votre cœur et poursuivez cette activation. Votre attention est toujours placée dans le cœur, vous êtes pure conscience et vous êtes imprégnés de l’énergie de paix. Ce travail agit pour rétablir équilibre, santé, joie, bien-être, pour vous et pour chaque personne que vous placez dans votre cœur.

               Placez maintenant dans votre cœur un animal, ou un végétal, qui aurait besoin de soins. Placez-le maintenant. Cœur, pure conscience, paix.

           Laissez descendre maintenant une énergie de bénédiction qui glisse le long de votre colonne de lumière et qui s’enroule dans votre cœur. Cœur, pure conscience, paix, bénédiction.

                  Cet état, et cette action, peut se prolonger à chaque instant de votre vie : quand vous marchez, quand vous parlez, quand vous êtes en relation, quand vous travaillez. Peu importe ce que vous faites, descendez dans votre cœur, souvenez-vous que vous êtes pure conscience et stimulez l’énergie de paix pour en être imbibés, la rayonner… et soyez bénis et bénissez.

                Prolongez cette attention et revenez pratiquer pour stimuler la prolongation, pour accompagner l’intégration au quotidien de cette vibration bénéfique pour chacun. Ancrez en vous cet instant pour le dupliquer dans les instants suivants.


Le 24 novembre 2015

https://www.youtube.com/watch?v=kjNeo97Ul54

 

Mes biens chers amis,

          Descendez, rassemblez, unifiez et pointez votre conscience dans l’espace du cœur. Ce n’est pas une concentration de vous-mêmes, mais une expansion de vous-mêmes qui se passe quand vous vous rassemblez dans cet endroit.

        Certaines pratiques, psychologiques ou autres, ont tendance à vous morceler, ont tendance à maintenir une forme de séparations en vous. Parfois, cela a son utilité pour mieux comprendre et mieux intégrer l’essence de qui vous êtes. Mais il est important à un moment de quitter ce jeu des contraires, ce jeu des antagonistes, ce jeu des opposés. A un moment, il est important de sentir que s’abolit en vous la lutte, le conflit, la guerre, et que vous pouvez comme rentrer à la maison, revenir dans cet espace de paix, d’amour, qui n’a jamais disparu en réalité. C’est seulement vous qui vous en êtes éloignés pour une seconde, un jour, un mois, un an. Mais à tout instant vous pouvez retourner, revenir, reconnecter avec cet espace, cette énergie en vous. Ne la cherchez pas dans une religion, ne la cherchez pas dans un dogme, ne la cherchez pas dans une personne, mais goûtez-la au-dedans de vous, cette énergie d’amour, cette énergie de paix.

               Le reste est du théâtre, des histoires, de l’invention, de la création. Quittez la scène pour un moment. Fermez le rideau, et restez là dans le noir, dans le vide. Dans le vide il n’y a pas rien. Dans le noir il n’a pas de monstres, il y a juste votre origine, votre essence, qui vous êtes au plus profond de vous-mêmes. Profitez de cet instant. Fermez le rideau. Éteignez les lumières sur la scène. Asseyez-vous. Fermez les yeux et glissez, rassemblez, connectez-vous à cette énergie au-dedans de vous. Soudainement, il n’y a plus de dedans, il n’y a plus de dehors. Ces mots n’ont plus de sens. Vous êtes. Ressentez ce « Je Suis », qui n’a aucun lien avec la personnalité. Ressentez ce « Je Suis » d’énergie, de paix, de pure conscience.

           Il n’est pas la peine de le chercher, il demeure en permanence. Tout ce que vous avez à faire, c’est de vous arrêter. Arrêter de chercher, arrêter de vouloir. Plus d’intentions, simplement le rayonnement de la lumière que vous êtes.

                 Quand vous vous sentez pris par une émotion, pris par une situation, prisonnier de vous-mêmes, de vos pensées ou de vos soi-disant blessures (je dis soi-disant car elles sont plutôt à la surface de qui vous êtes), alors pensez à fermer les lumières qui éclairaient la scène où se jouait la pièce (qui peut être vécue comme un drame ou toute autre chose), fermez le rideau et restez là au centre de vous-mêmes, dans cet espace infini, en connexion avec cette énergie d’amour, de paix, de joie… et rayonnez dans chacune de vos cellules et plus loin autour si vous le sentez ainsi, afin de rétablir l’unité, l’union, la communion.

                  Ne jugez pas vos pensées, ne jugez pas vos émotions, ne jugez pas vos drames. Ayez de la gratitude, car ils vous ramènent à cet état de pardon, de lumière, de joie. Ils vous montrent qu’à un moment vous avez quitté ce centre et vous invitent à y revenir. Mais ces événements n’ont pas besoin d’être jugés, votre attitude n’a pas besoin d’être jugée, cataloguée, juste accueillie et acceptée telle qu’elle vous parait.

                     Souvenez-vous de qui vous êtes en réalité. Ressentez votre nature, votre essence. Bénissez-vous et soyez bénis au sens de l’amour inconditionnel qui demeure toujours.

 

10 janvier 2016

 

Mes amis,

 

Toute forme de réactivité que vous entretenez est comme un volcan que vous gardez éveillé, avec le risque qu’il répande de la lave et tue la vie. L’importance de mettre en sommeil ces volcans au-dedans de vous pour éviter d’ensevelir la vie. La réactivité peut être regardée, accueillie avec amour, désamorcée, transformée, afin que, au lieu que se déverse de la lave, s’offre des bouquets de fleurs.


Le 12 janvier 2016

 

Chers êtres, chers amis humains, chères âmes incarnées,

 

Retrouvez le cœur, le centre, l’essence de pourquoi vous êtes nés et avez déposez vos pieds sur cette Terre. Ne cherchez pas dans l’histoire. L’histoire se raconte de différentes manières suivant qui la filme, qui la regarde, qui la vit. Chacun à sa version, il s’en est fait des versions différentes de l’histoire ! Porter un regard sur l’histoire, porter une attention sur l’histoire, peut amuser, faire peur ou détourner l’attention. Chaque part en vous raconte aussi votre histoire de manières différentes. Mais tout ça n’est qu’anecdotes !

               Si vous avez posés les pieds sur cette Terre, c’est pour vibrer, vivre l’amour sous toutes ses facettes, dans toutes ses déclinaisons. Lorsque vous êtes déconnectés de l’amour vous plongez dans la souffrance, dans ce que vous appelez l’ombre. Bien sûr, une histoire peut venir se dessiner, se décrire sur ce jeu d’ombre. Vous pouvez aussi voir qu’un moment quelque chose s’est coupé, déconnecté de cette force, de cette puissance d’amour. Vous souffrez soi-disant de ne pas être aimés. Vous souffrez d’être maladroits dans l’expression de l’amour que vous aimeriez incarner. Et pourtant, si vous sortez de votre paralysie, si vous sortez de votre aveuglement, si vous sortez de votre surdité, si vous sortez de tous ces points, vous pouvez cesser de vous imaginer handicapés, diminués, victimes ; quand vous enlevez cette combinaison, cet apparat, et que votre lumière intérieure peut briller, agir, parler, entendre, voir, alors vous n’êtes plus des muets, alors vous n’êtes plus des aveugles, ni des sourds, ni des paralysés, simplement, vous êtes l’émanation pure de l’amour. Tout devient plus facile, fluide, léger, évident, quand simplement vous vous reconnectez, vous vous reliez, vous vous rebranchez à cette puissance, à cette énergie, à cette force d’amour qui coule en vous, qui vous traverse, qui est dessous vos pieds, qui est autour de vous, qui est dans l’air que vous respirez, qui est dans l’eau que vous buvez, qui est dans le feu qui vous réchauffe, qui est sur la terre et dans la terre sur laquelle vous marchez et qui est dans cet état de l’éther qui vous entoure, dans cet espace tout autour et infini. Pour ça, faites un pas de côté. Prenez du recul, de la distance, vis-à-vis des histoires, de l’histoire, de tout ce bla-bla, ce brouhaha qui remplit votre tête, qui vous accapare et qui vous éloigne de la vérité de votre cœur. Quand vous constatez cet éloignement, replongez à l’instant même dans la dimension particulière de cet état d’amour (ou de joie, de paix, qui en sont des déclinaisons, des facettes). L’amour à de nombreux visages et vous avez de nombreux atouts, de nombreuses manières, de nombreuses ressources pour manifester cet amour.

                  La première étape est de le sentir vivre au-dedans de vous, de le sentir baigner chacune de vos cellules : respirez l’amour, buvez l’amour, voyez l’amour, entendez l’amour, parlez l’amour, bougez l’amour. Vous êtes des êtres multidimensionnels et vous avez de nombreux moyens pour exprimer et ressentir cette énergie à laquelle vous êtes tous reliés et de laquelle votre vie dépend si on peut dire.

                  Au travers de vos actes, au travers de vos paroles, au travers de vos regards, au travers de vos gestes, manifestez l’amour… avec votre propre tonalité, avec votre propre couleur. Jouez de votre propre instrument dans ce grand orchestre de la vie, et qu’il résonne en accord avec la vibration amour. Alors vous soignez, alors vous dépolluez, alors vous transformez, alors vous cessez de perdurer la souffrance sous tous ses aspects et toutes ses déclinaisons possibles, ainsi que la peur.

                   Revenez dans votre centre, revenez dans votre cœur et trouvez la manière de vous connecter, de vous relier, de vous imprégner, de vous imbiber de cette force, de cette puissance d’amour. Ensuite, laissez-la s’écouler au travers de vos différents canaux : sensoriels, perceptuels.

                  Je guide vos pas. Marchez avec moi dans cette conscience, dans cette reliance. C’est un temps pour ce chemin. Elevez votre conscience, élevez vos êtres dans cette dédiance et cette force de reliance. Directement sous vos pieds, directement dans votre cœur, je bas au rythme de l’amour et vous enseigne comment le vivre et le déployer pour l’univers tout entier.

 

Soyez bénis d’amour en ce moment et pour toujours.

 

Le 18 avril 2016 http://bit.ly/1WTNH6o

 

Mes bons amis,

               Prenez un moment pour tout arrêter. Arrêter d’agir, arrêter de penser, arrêter de croire, et sentez ce qui se produit naturellement, comme par magie. Vous n’avez pas besoin de penser pour respirer, vous n’avez pas besoin de penser pour que votre cœur batte, pour que vos organes fonctionnent. Ressentez cette magie de la vie : cela se fait naturellement. Il n’y a pas besoin de la pensée pour être dans la vie.

               Prenez un moment pour tout arrêter et constatez ce qui est là, constatez qui vous êtes quand vous arrêtez de penser, vous arrêter de croire, vous arrêtez d’espérer. Vous êtes juste là, comme un témoin de vie, un témoin de ce qui surgit, un témoin de ce qui se vit, un témoin de ce qui s’opère malgré vous… Et, là, tombe, cesse, toutes formes de peurs, de culpabilités, de hontes. Toutes ces choses appartiennent à la pensée, aux croyances, aux constructions.

                Laissez-vous être. Laissez-vous vous abandonner. Abandonnez-vous à la vie. Abandonnez-vous à la manifestation. En cet instant, arrêtez tout… et constatez que quand vous arrêtez tout vous pouvez alors mieux percevoir, mieux ressentir, mieux goûter à cette vérité, à cette réalité, qui ne peut pas être décrite, qui ne peut qu’être vécue, palpée avec tous les sens, mais où les mots sont dépourvus, les mots sont pauvres. Aussi quittez l’espace du mot, du langage. Ne cherchez pas à décrire. Simplement, ressentez. Simplement, restez là, abandonnés à votre véritable vibration… Quand la pensée se tait, quand vous sortez de la prison de vos croyances et de vos peurs, et quand pendant un instant vous abandonnez toute idée de faire ou de conquérir quelque chose, ou de devoir quelque chose, ou de vouloir quelque chose. Tout ça s’estompe, tout ça meurt en ce moment, simplement pour goûter à ce qui est là, qui ne se construit pas, mais seulement qui vit, qui rayonne, qui est.

                    Restez présent à cela. Restez là comme vous seriez béats devant un lever de soleil ou devant des chutes d’eau, ou n’importe quelle merveille qui se révèle à vous. Restez là béats. Constatez, ressentez, observez, goûtez, savourez, délectez-vous. Abandonnez-vous encore un peu plus loin. Sentez comme la pureté du vide vous remplit de cette énergie indescriptible (ne pas l’enfermer dans une représentation ou un concept : la vivre, la ressentir, l’explorer, l’approcher un peu plus, encore un peu plus, comme si vous avanciez pas à pas et que vous vous immergiez de plus en plus… encore et encore).

                      Certains jours vous vous en rapprochez un peu plus, d’autres un peu moins, mais ce qui compte est d’y revenir, de refaire encore et encore cette exploration. Laissez mourir, abandonnez, juste pour un instant ou pour plus longtemps, toutes ces pensées, toutes ces croyances, tous les « il faut », « je dois », « je ne dois pas ». Abandonnez-les encore un peu. Prolongez encore un peu cette exploration, cette expédition.

                        Merci. Revenez-y. Recommencez, juste là ou juste un peu plus tard, et constatez l’impact dans vos vies. Constatez l’impact là tout de suite. Revenez-y encore et encore… comme un entrainement qui a besoin de s’ancrer pour rayonner.

 

 

lors du stage prendre soin les 28-29 et 30 mai 2016

 

                                        La vacuité http://bit.ly/1Po2R2H

        Bienvenu dans l’ici et maintenant. Bienvenu dans le champ du présent. L’espace, le temps prennent une autre consistance, apparaissent, disparaissent

        Vous êtes moi, je suis vous. Il n’y a plus de « je », il n’y a plus de « tu ». Tout ça s’effondre aussi dans cet espace du présent. Fusionnez complètement dans cet instant avec l’ensemble de la manifestation que vous êtes. Faites-en l’expérience là-maintenant et laissez-vous couler, laissez-vous expanser, laissez-vous déployer.

        Vacuité totale pour perception globale. La vacuité vous emmène précisément à contacter le sans limites, le sans frontières, le pur état d’être. Vous pouvez utiliser un endroit de votre corps que vous sentez vacant en ce moment pour déployer cette vacuité et plonger pleinement en son sein. Dans la vacuité vous ne pouvez vous perdre, bien au contraire vous vous retrouvez. Laissez la vacuité opérer. Laissez-vous être vacants.

           Vous êtes dans la vacuité, la vacuité est en vous, c’est la même chose. Dans cette vacuité tout peut arriver, tout peut être perçu. Vous pouvez entendre tous les sons. Si votre attention se dirige vers un seul son, c’est que vous avez quitté la vacuité ou que la vacuité vous a quittés. Dans cette vacance, tout est perçu, tout est englobé, tout est révélé.

         Suivez le chemin de la vacance pour vous rencontrer dans tous vos états. Suivez le chemin de la vacance pour laisser le monde se révéler. Suivez le chemin de la vacance pour vous déconditionner. La vacance est une clé, un outil, et ne doit pas être utilisée comme telle. La laisser être, la laisser se déployer. Vivre et constater. Laissez la vacance être, soyez la vacance. Et, à partir de là, demeurez dans la présence…

         Voyez comment sont vos perceptions dans la vacance. La vacuité vous baigne et vous gagnez en vacuité. Agissez dans et par la vacuité. Elle n’empêche en rien l’action et le mouvement. Ce sont vos croyances qui vous limitent. Touchez au sans limites. Abandonnez les croyances pour vivre vrai, pour vivre dans la vérité.

             Prolongez la vacuité. Propagez la vacuité.

 

      La conscience divine http://bit.ly/1TX7CSO

              Vous êtes pluie, vous tombez, vous coulez, vous ruisselez. Sentez cet état de pluie en vous et laissez-vous tomber, laissez-vous couler, laissez-vous ruisseler. De par cet état, vous videz les nuages pour laisser apparaître le soleil. Sentez cette action s’opérer au-dedans de vous. Vous êtes pluie, vous tombez, vous coulez et vous ruisselez. Vous videz les nuages pour laisser apparaître le soleil. Ressentez cette invitation et laissez agir au-dedans de vous cette image.

            Entendez le chant des oiseaux. Sentez, entendez, voyez tout cela en même temps : le chant des oiseaux, l’eau qui tombe, qui ruisselle, le soleil qui brille, les nuages qui se vident. Vous êtes cette conscience divine qui observe, qui voit, qui entend, qui se délecte de ce spectacle. Vous êtes la pure conscience divine qui peut tout entendre, tout voir, tout ressentir au même instant.

                   Placez-vous en tant que conscience divine et entendez le chant des oiseaux, voyez la pluie tomber, ressentez l’eau couler, voyez le soleil qui brille. Tout ça apparaît, tout ça se manifeste et tout ça est vu par la conscience divine que vous êtes. C’est par vous que cela se passe et vous êtes témoin au même moment de ce qui se produit. Accédez à cette vérité de votre état de pure conscience divine.

                     Ressentez, vivez cet état. Il n’y a rien à faire pour cela, vous l’êtes. C’est votre vibration originelle. Rien à faire pour être cela puisque c’est cela que vous êtes avant toutes constructions.

                       La Terre est semblable à votre corps : une couche, une représentation. Mais si vous pénétrez au cœur, vous rencontrez aussi la pure conscience qui est de même nature. A cet endroit il n’y a plus que Un. Approchez cela : une seule conscience, un seul état divin. C’est là que nous sommes Un.

                Prendre soin, c’est quitter l’illusion de séparation et revenir dans cette conscience divine où tout est Un. C’est cette illusion de séparation qui vous maintient dans la peur, dans la violence, dans la confusion. Si vous vous laissez être, si vous vous laissez vous rappeler qui vous êtes au-delà de l’apparence, alors vous revenez à cette conscience de l’unité où l’amour peut se déployer. Il n’y a plus « toi et moi », il n’y a plus « je et tu », il y a Un. Il n’y a pas « nous » non plus, ni « vous ». Cela peut semer de la terreur pour l’ego, car il s’y dissout. Et la peur d’être seul, puisqu’il n’y a plus que Un, peut empêcher ce mouvement.

                       Seule l’expérience peut déployer ce Un, cet état divin, et le vivre dans l’incarnation. Le mental ne peut pas comprendre cela. Vous devez le comprendre avec un autre espace de vous-mêmes. Un endroit de vous peut accéder à ces paroles.

                         Je vous invite maintenant à prolonger cette exploration, ce qui est dit ici, dans une découverte sensorielle, expérimentale, soit en restant là, soit en sortant, soit en dansant, soit en chantant (peu importe ce qui se manifestera), pour vous aider à vous rapprocher un peu plus de cette conscience de l’état divin et du Un. Vous pouvez vous lever, vous pouvez rester là. Il y a plein de manières de le rencontrer et de quitter l’illusion de séparation pour rentrer, pour déployer, pour pénétrer, pour être Un.

                       Prenez un temps maintenant pour prolonger cette invitation. A la fois laissez mourir, la croyance l’illusion de séparation et à la fois regoûtez à cet état divin du Un.  Allez maintenant, explorez. Laissez ce qui sait en vous vous guider. Laissez-vous inviter.

 

Retour au silence et à la conscience

https://1drv.ms/u/s!AkTVIYd9Vs9sm1yuElWAhqD1thGf

                    Déshabillez-vous, lavez-vous, abandonnez tout ce qui peut être encombrant. Lâchez ! Laissez-vous inviter, laissez-vous guider par la conscience supérieure, par le Soi, par le Divin. Ne cherchez pas quelque chose, cela se révèle quand vous abandonnez tout.

                  Quand une pensée se présente, laissez-la se présenter et s’en aller. Quand une émotion se présente, laissez-la se présenter et s’en aller. Quand une sensation corporelle se présente, laissez-la se présenter et s’en aller. Tout comme vous n’avez rien à faire pour respirer, tout comme vous n’avez rien à faire pour que votre cœur batte, vous n’avez rien à faire pour être cela. Il se révèle quand vous arrêtez de vouloir, de faire ou de devoir. Alors, demeure juste l’évidence de qui vous êtes.

                  Constatez le va-et-vient du souffle. Constatez vos battements de cœur. Ils sont là pour témoigner que la volonté n’a pas de place. Vous pouvez exister simplement, naturellement, librement dans la vacuité. Observez ces mouvements en vous, observez ces va-et-vient ; tous vos sens sont là pour témoigner de la vie qui vous traverse. Vous n’être pas en colère, la colère vous traverse. Vous n’êtes pas tristes, la tristesse se manifeste en vous. Vous n’êtes pas tendus, la tension apparaît en vous.

                      Placez-vous dans cette espace infini, dans cet état vibratoire… On pourrait aussi dire : vous êtes Dieu qui constate la manifestation. Des choses apparaissent, vous les constatez et vous souriez. Vous souriez parce que vous aimez ce qui est. Vous souriez parce que vous avez une vision globale où tout est juste. Vous souriez parce que vous êtes revenus à votre état de pure présence. Vous êtes la joie pure !

                        Quand votre attention est happée par les nuages, vous oubliez un instant qui vous êtes. Mais ce n’est pas pour cela que vous n’existez plus, c’est seulement votre attention qui est déviée, il vous suffit de la ramener. La vie autour vous aide à vous éveiller à qui vous êtes. Le monde participe à votre éveil. Vous participez à cet éveil.

                     Dans le silence laissez résonner et laisser vous faire… Ouvrez-vous à la vérité, à la réalité de qui vous êtes au-delà de toutes représentations égotiques.

                          Demeurez dans le silence maintenant…

 

A l'attention spéciale des écologoïste

                 La plus grande pollution sur Terre est celle de la pensée, avec ses croyances, ses dogmes, ses jugements, etc. Même les pensées sous le couvert de bonnes intentions sont toxiques.

                 L’écologie commence par restaurer la paix et demeurer dans la joie en soi-même ; à s’établir dans le cœur, dans cette demeure indestructible, inaltérable par le temps. Cultiver un jardin sans pesticides, certes, mais avant tout cultiver l’être sans parasitages du mental et de l’ego. Cette culture a un impact plus grand et plus pertinent. Les pensées écologistes polluent tout autant que les pensées de guerre. Elles ont juste pris un déguisement plus subtil.

                  Poser l’attention dans la présence, l’ici et maintenant, en connexion profonde avec l’être de paix, de joie, d’amour, et le laisser rayonner, vivre… Cela demande de quitter le tumulte, l’empressement, le faire, le vouloir. Simplement abandonner toute quête du toujours plus, toujours mieux, cet espoir d’un ailleurs meilleurs, sans ceci, sans cela et avec patati, patata. Ce sont uniquement des fantasmes mentaux et égotiques.

                   Tout est déjà parfait. Vous êtes déjà complets, parfaits, lumineux. Rencontrez qui vous êtes avant toutes ces projections, ces désirs, ces vanités… Vous êtes purs, naturellement en paix, en joie, en amour et sereins.

                  Fermez les yeux. Ne vous occupez de rien. Ne faites rien. N’essayez même pas de ne rien faire. Soyez simplement là ! Même le corps, même la Terre, apparaissent dans votre présence/conscience. Revenez à cet état d’être complet et joyeux, non séparé, unifié à l’ensemble de la manifestation.

                 Vous pouvez avoir l’impression de devenir plus liquide (moins rigide). Laissez les sensations être sans les analyser. Laissez votre mental et votre ego. Ne luttez pas contre eux. Ne leur donnez aucune attention. Soyez juste là ! Ouverts, présents, éclairés. Sentez combien l’amour peut vibrer de son énergie quand vous êtes juste là. Constatez comme il danse avec la joie quand vous êtes juste là.

                L’action, la marche, la parole, peuvent apparaître, mais elles surgissent du silence de l’être pour retourner au silence. Dès que vous vous prétendez être l’auteur de ceci ou de cela vous vous réduisez à un ego. Rien ne vous appartient, mais tout peut apparaître en vous éclairé par votre présence/conscience.

                 Laissez de côté vos idées sur l’écologie. Certaines sont bien sûr pertinentes, mais elles maintiennent une lutte, une séparation, une idée d’humains meilleurs que d’autres. La vraie écologie, celle qui pacifie, naît de vos cœurs, car elle aime tout sans jugements ou classifications.

              Commencez par vous aimez vous et ce qui vous traverse, sans vous l’approprier, sans y déposer une marque. Aimez car vous êtes à la fois le créateur, la création et le créé. Ils ne sont pas séparés. Unifiez-vous dans la paix, l’amour, la joie et la présence à ce qui est. Merci.

 

Suite des messages de Gaïa

 

Le 25 août 2014

 

Mes amis,

     Elevez vos consciences au point culminant. Pour se faire nourrissez-vous d‘amour. Beaucoup pourrait être dit sur ces quelques mots qui viennent d’être prononcés, mais il est plus apprenant que vous cherchiez par vous-mêmes ce que cela veut vraiment dire. Comment vous nourrir d’amour pour élever votre conscience ? La question est posée. La réponse est en vous. Prenez un moment maintenant, dans la tranquillité, le silence, et laissez apparaitre devant vous les évidences. Elles peuvent prendre différentes formes (ouvrez vos multiples canaux). Prenez note de ce qui survient. Vous trouverez ensuite un endroit où afficher ce qui s’est présenté et vous prendrez d’autres moments pour compléter cette liste.

        Le cinquième jour après celui-ci vous enverrez votre liste pour un partage général qui enrichira chacun. Ne prenez pas ce message à la légère, mais participez à l’élévation des consciences et à l’amplification de l’amour sur cette planète, je vous prie. Des portes s’ouvrent, des murs se traversent, des barrières tombent. Accompagnez ce mouvement par cette quête qui vous est proposée aujourd’hui.

         Vous êtes aimés. Vous êtes amour. Écrivez maintenant.

 

Les réponses :

Se relier, être présent, vivre l’unité

-          Amplifier le champ de la reliance avec tous les êtres.

-          Développer une persistance d’attention à tous les êtres.

-          S’ouvrir à tous les possibles.

-          Vibrer aux tonalités conjointes de la terre et des étoiles.

-          Aller au sein de Mama Gaïa, de moi, du tout .... y puiser tout l'Amour, tout ce qui est.

-          Me régler de plus en plus finement sur cette vibration d’amour.

-          Poser des gestes issus de cette énergie et en demander.

-          Se centrer sur la respiration.

-          Regarder l'autre avec gentillesse, me souvenir qu'il est un autre et que nous sommes quand même semblables.

-           Ressentir l'amour dans tous mes mouvements ; inspirer l'amour, expirer l'amour ; inspirer la paix, expirer la paix,

-          Se nourrir des énergies du ciel qui nous éclairent au travers des percées du ciel.

 

Célébrer, pardonner

-          Sourire à chaque situation.

-          Remercier pour tout ce qui m’est donné.

-          Remercier pour tout ce qui participe à ma croissance.

-          Offrir chaque expérience à l’élévation du plus grand nombre.

-          Rendre grâce, glorifier les instants de la vie.

-          Faire Hohopono.

 

Se relier au cœur

-          Accorder tous les sens au canal du cœur.

-          Voir le monde contenu dans mon cœur.

-          Demander que descende dans mon cœur les événements douloureux.

-          J'apprends le sourire spontané.

-          Contempler un dessin d'enfant.

-          Baigner dans le cœur de jésus, le Sacré Cœur.

-          Baigner dans l'unité du cœur

-          Cultiver l’Amour en le voyant dans toute chose, dans tout être, en voyant sa beauté, son Essence, son Esprit d’Amour.

-          Aussi cultiver l’Amour  à l’intérieur de soi, aimer chacune de nos cellules, aimer chacun de nos actes.

 

Prendre soin

-          Se traiter comme un ami cher.

-          Respecter mes ressentis et leur donner leurs justes places.

-          Offrir au corps une écoute délicate de ses besoins et le respect de ses limites.

-          Laisser parler le corps par des gestes de tendresse.

-          S’ouvrir à recevoir les cadeaux de l’existence.

-          Ne pas forcer, ne pas contraindre, ni moi, ni l’autre.

 

Créer l’environnement propice

-          Faire en sorte de se créer un environnement approprié.

-          Regarder, cultiver et s’entourer de beauté.

-          Ecouter des musiques inspirées de l’énergie d’amour.

-          Se donner régulièrement le plaisir de donner.

-          Se relier à des êtres rayonnant l’amour.

-          Lire des histoires ayant ce rayonnement d’amour.

-          Regarder les êtres que je chéris et sentir, rayonner l’Amour.

-          Faire des pauses régulières pour mettre ce réglage.

-          Méditer dans la nature : sentir le vent sur la peau ; regarder les feuilles qui bougent ; écouter les sons : oiseaux, bruissements, mouvements de feuilles, etc. ; goûter cette sensation d’être UN avec cet environnement.

-          Baigner dans la lumière du soleil et s'en nourrir,

-          Développer la pratique de la croix : racines dans le sol, antennes vers les astres, pour affirmer son ancrage, puis ouverture du cœur pour tout ce qui entoure.

 

Observer, accueillir

-          Accepter sa condition humaine,

-          Voir mes peurs qui freinent.

-          Accepter de me laisser aller, recevoir l'inconnu qui peut faire peur.

-          M’accepter telle que je suis, m'aimer avec un grand A ... De même pour chacun de nous et entre nous ... et tout ce qui est.

-          Regarder de plus en plus en conscience à quel point je me juge, je juge ... et comment cela m'éloigne de l'Amour de moi ... de l'autre.

-          S’arrêter et regarder l’Amour qui nous entoure à chaque instant. Le voir, le humer, l’écouter, le sentir et s’en nourrir. Nos sens créent un pont entre l’Amour, notre corps et notre Conscience.

 

Le 24 septembre 2014

 Pratique du lien du cœur avec la Terre-Mère

 

Amenez votre intention dans votre cœur. Simplement avoir cette intention et déposer votre attention à cet endroit. Ensuite, sentir la vie sous vos plantes de pieds. Laisser devenir de plus en plus vivante cette sensation, la laisser s’intensifier simplement par le contact à la terre. Il n’est pas nécessaire d’être les pieds nus dans la terre, cela peut se faire n’importe où. Laisser s’intensifier simplement en mettant l’attention et l’intention sous la plante des pieds dans ce lieu, avec votre mère, la Terre.

           Ensuite, sentir naturellement votre cœur comme attiré par un aimant s’ouvrir et s’étendre jusque sous la plante des pieds. Et là vous ouvrir simplement à ma substance et me laisser œuvrer dans cette rencontre de cœur à cœur. Et vous mettre simplement votre attention dans laisser votre cœur se prolonger vers la plante des pieds dans cette descente... Et descendre jusqu’au centre, là où se trouve mon cœur (pour donner une représentation).

              Laisser la rencontre des cœurs se vivre. Sentir, visualiser qu’ils vont l’un vers l’autre. Laisser se faire cette rencontre et les harmonisations qui vont avec. Dans cet instant, prendre le temps de percevoir ce qui peut l’être et d’apprivoiser en même temps cette démarche.

            Oser une intensité. Sentir que parfois se présente un empêchement à sentir intensément ce qui se passe. Quand cet empêchement surgit, l’envelopper d’une bulle bleue très foncée. Mettre l’empêchement dans cette bulle. Eventuellement, souffler dessus, le remettre à l’air, et rester avec le ressenti de ce qui s’ouvre. Si un nouvel empêchement surgit, faire la même procédure et mettre le moins de pensées possibles. Ramener vraiment au ressenti, au vécu de l’instant, pour ne pas se perdre dans des fantasmes.

             Sentir la rencontre, la fusion des cœurs... Laisser faire, même si des fois on a l’impression que rien ne se passe, cela se passe.

             Laisser se faire les modifications, comme en cet instant. Et revenir de manière régulière à cette pratique.


Le 5 octobre

     Je vous invite, mes amis, à une pratique d’hygiène régulière de désencombrement intérieur. Voyez tout ce que vous pouvez accumuler d’émotions, de tensions, de blocages, de rancœurs, de dettes, de jeux de pouvoir, etc. Tout ce qui vous coupe, vous divise et vous maintient dans une croyance de séparation, alors que votre quête est de découvrir la non séparation, ce mouvement d’évidence d’unité.

            Posez-vous simplement dans une position facilitant à la fois la détente et l’attention, permettant d’être en éveil avec ce qui va se produire. Et dans cette position confortable et éveillée demandez que tout ce qui vous encombre surgisse, se manifeste, se présente à vous. Et, là, ressentez, voyez, observez ; que tous vos sens soient au service de cet accueil. Laissez place à ce vécu, à ces perceptions et observez de manière détachée ce qui se présente.

          Invitez maintenant les éléments à danser pour évacuer et transformer ce qui vous charge et entrave à la fois votre liberté et votre clairvision. Demandez aux éléments de soutenir ce mouvement de transformation. Et, là, profitez du spectacle. Vivez, ressentez, observez ce qui se déroule en vous et autour de vous.

           Sentez l’apaisement, la libération, l’espace se recréer. Remerciez.et ensuite faites-vous terre pour vivre ce même processus, mais en étant relié à la Terre. Demandez que tout ce qui est encombrements, difficultés, tensions se présentent à vous. Ressentez, vivez, voyez ce qui se manifeste. Mettez de nouveau tous vos sens à disposition de cette révélation. Invoquez à nouveau la participation des éléments et demandez-leur de transmuter. Observez, ressentez, vivez ce qui se déploie, ce qui se manifeste au travers de vous. Permettez que cela ait lieu au travers de vous. Et laissez s’accomplir cette décharge, cette évacuation, ce désencombrement pour favoriser un allégement planétaire.

                 Vous pouvez faire cela pour votre enfant, pour votre compagnon de vie, pour un animal, pour un arbre, etc. Merci de participer au nettoyage global et à la restructuration pour que d’autres énergies bienfaisantes prennent leurs places.

               Rendez grâce et soyez honorés pour cela.

 

Le 5 novembre

 

Bien chers amis en quête d’évolution et de transformation,

Recevez dans votre cœur l’amour et la bénédiction.

Parfois, vous cherchez trop loin. Revenez juste là au centre de vous-mêmes, dans de votre cœur, là où tout se transforme, tout évolue, tout est compris et tout est intégré. Ne cherchez pas au-delà, ne cherchez pas à l’extérieur, mais plongez au-dedans de vous-mêmes. Plongez au-dedans de votre être où tout se révèle, où tout existe, où tout est vrai. C’est cela aussi voir avec les yeux du cœur.

Tournez d’abord le regard à l’intérieur du cœur, pour observer ce qui se vit au-dedans. Restez un moment là, tranquillement installés, simplement pour goûter, goûter à votre être, prendre du temps pour être avec vous-mêmes. Rien à faire, mais simplement  contempler : contempler ce qui irradie au-dedans, contempler ce qui brille au-dedans, contempler ce qui rayonne au-dedans, contempler la vie. Alors vous sentirez l’amour. Vous sentirez avec plus d’ampleur l’amour qui est là à chaque instant, qui ne demande qu’à s’étaler, qu’à s’étendre, qu’à s’expanser, qu’à se donner, qu’à être reçu.

Arrêtez de chercher à l’extérieur, arrêtez de perdre votre énergie. Si vous êtes avec ce regard à l’extérieur, ne quittez pas le lien avec l’intérieur. Gardez cette profonde connexion avec votre cœur, avec cet être d’amour que vous êtes, avec cet être rayonnant que vous êtes, cet être joyeux, cet être vivant. Même quand l’attention est à l’extérieur, elle est aussi, au même moment, à l’intérieur. Alors, là, vous pouvez commencer à abolir toute forme de séparation, puisque en réalité extérieur et intérieur n’existent pas, mais simplement vous êtes.

Ces mots vous guident. Vous retrouvez cet essentiel que vous croyez avoir perdu, ce contact puissant, profond et libérateur. Alors mettez des espaces dans vos journées pour poser ce regard, pour ressentir cette vie, pour laisser vivre l’amour, le recevoir, le partager, y goûter.

Mes amis, prenez ce temps, offrez-vous ces espaces. Stoppez la course, stoppez l’emballement. Ne vous perdez pas là-dedans, ne vous égarez pas, mais revenez simplement là, où tout est beau, où tout existe, où tout est vrai, où tout est vibrant, où tout est lumineux. Partagez cette expérience avec d’autres pour amplifier et, par effet de résonnance, diffuser afin que d’autres puissent aussi trouver ce chemin. Ouvrez les portes.

Je vous aime. Je suis là. Sollicitez-moi pour vous aider dans cette aventure. Je vous prends par la main, mes enfants. Vous êtes bénis, vous êtes aimés, vous êtes amour. Ressentez-le maintenant.


Le 20 novembre 2015

 

Rien n’est important, tout est précieux. Goûtez à ce précieux. Le précieux est hors du temps. Quand tout est précieux, tout est saveur. Les êtres sont précieux. Les actes sont précieux. Ce qui vous est offert, donné, est précieux. Prendre le temps de savourer le précieux en étant simplement ancré dans l’instant, sans se soucier de l’après, du comment ou toute autre mentalisation. Quand le précieux est goûté à sa juste saveur un espace infini se déploie. Tout est là, rien n’est important, mais tout est précieux... Méditez sur cela.

 

Le 8 février 2015

 

Mes biens aimés, mes chéries,

 

L’apprentissage se fait, l’évolution se fait. Gardez le regard tourné vers l’intérieur. Posez ce regard au-dedans de vous et déposez-vous en vous-mêmes, pour éclairer votre route, éclairer ce qui est présent en vous. Et permettez à l’environnement de vous le refléter. Accueillez ce reflet non pas comme une contrainte, non pas comme un manquement de votre part, mais simplement comme une aide précieuse, un soutien pour grandir.

 

Veillez à rester ancrés. Veillez à descendre vos racines profondément. Veillez à sentir ce contact avec la Terre, votre mère nourricière en énergies bienfaisantes, et, à partir de là, élevez-vous, déployez-vous, ouvrez votre cœur et ouvrez vos yeux dans votre cœur. Laissez descendre les énergies du ciel. Reliez-vous à ces énergies pour recevoir ce qui vous est précieux.

Offrez-vous des moyens pour tourner ce regard au-dedans. Mettez une vigilance, une attention à ne pas vous égarer dans le faire du quotidien. Mais que ce faire soit aussi teinté de ce regard intérieur, qu’il découle de cette évidence. Osez poser des limites, osez dire non, osez refuser, pour votre plus grand bien-être et le bien-être de tous. Osez vous affirmer, osez être vous-mêmes. Ne privez pas le monde, ne privez pas la vie (qui cherche à s’écouler au travers de vous) de l’être resplendissant que vous êtes.

Regardez l’affront à la vie que vous faites quand vous n’osez pas être, quand vous n’osez pas laisser couler au travers de vous l’évidence qui se manifeste. Contestez vos croyances. Contestez vos habitudes. Contestez vos a priori. Contestez vos jugements. Contestez vos manies. Soyez vivants, des êtres vivants au travers de qui la vie s’écoule, la lumière cherche à jaillir pour éclairer tout autour.

Permettez-vous d’être. Etre, cela veut dire rester fidèle à ce qui se manifeste au-dedans de vous-mêmes, à ce qui se présente. La vie parle au travers de vous. N’en faites pas une histoire personnelle. Voyez comme vous êtes des magiciens, des enchanteurs de vie. Ne jugez pas vos comportements, même s’ils peuvent paraitre au premier abord ce qu’on pourrait qualifier de destructeur, ils cherchent à retourner à l’amour, ils cherchent toujours à servir l’amour. Parfois, malgré vous, vous dites, vous faites quelque chose que vous pouvez regretter. Ne regrettez pas. Constatez l’impact qui a eu lieu. Cet impact est toujours au service de l’évolution, toujours au service de la lumière qui cherche à se faire plus grande, plus ample, de l’amour qui cherche à se mieux faire comprendre. Aimez vos erreurs. Aimez vos manquements. Ils sont autant d’éclairages que vos réussites.

Ne hiérarchisez pas. Domptez votre ego. Apprivoisez votre personnalité, pour ne pas être dominés par elle et pour accéder à une compréhension profonde de vos blessures, vos conditionnements. Regardez cela comme, on pourrait dire, une couche superficielle de votre être. Traversez cette couche. Regardez un peu plus profondément. Rencontre cet être magnifique qui est, qui ne cherche pas à devenir, ne cherche pas à prouver ; il cherche simplement à rayonner. N’ayez pas peur de ce rayonnement. Certes, il peut éblouir. Mais cet éblouissement est nécessaire à l’élévation des consciences. Alors ne privez pas le monde, ne privez pas la vie, ne privez pas les êtres chers autour de vous. Restez debout. Rayonnez. Soyez fidèles à votre ressenti. Soyez fidèles à vos intuitions. Soyez fidèles à ce qui surgit en vous. Si ce n’est pas juste pour le voisin, qu’il a un mauvais regard, que d’un coup il se met à vous juger, ne remettez pas en cause la beauté de ce qui a surgi. Il n’y a pas de problèmes à déranger les voisins.

Par contre, il y a un désordre, un déséquilibre qui s’opère quand vous n’êtes pas fidèles à vous –mêmes, fidèles à la vie, fidèles à la Source. Rétablir l’équilibre passe par apprivoiser cet équilibre au-dedans de vous, dans vos vies. Tâtonnez, cherchez, amusez-vous. Surtout, souvenez-vous que vous êtes toujours entourés, que vous pouvez toujours demander. Régler ensuite le bouton sur « recevoir » et ne soyez pas braqués sur une forme particulière. La vie à de l’humour pour vous surprendre et vous garder en éveil.

Aidez-vous de tous les supports extérieurs qui vous permettent de revenir à vous, de tourner ce regard au-dedans de vous, mais ne restez pas attachés aux supports extérieurs. Ne privez pas la vie de votre beauté. Ne privez pas le monde de votre rayonnement. Quittez ces faux-semblants. Mettez vos habits de fête… Et marchez, dansez, sautez.

Quittez la focalisation sur l’extérieur pour être et devenir, et demeurez, présents à l’ensemble de la manifestation. Vous êtes l’ensemble de la manifestation. Constatez cela. Tout est en vous et votre pouvoir est infini. Découvrez ce que cela veut dire.

Inspirez-vous de la nature. Il y a un condensé d’amour dans la nature, un condensé de vie, des êtres vivants qui rayonnent simplement de qui ils sont, sans chercher à prétendre, à vouloir, à posséder, mais simplement à offrir au monde leurs singularités. Inspirez-vous de la nature. Il y a beaucoup d’enseignements autour de vous. Le maître est en vous.


Le 3 mars 2015

 

Mes biens chers amis, mes biens aimés,

Plongez dans cet espace du cœur est comme plonger dans votre vraie nature. Rencontrez cet être immortel en vous, cet être divin, cet être baignant dans l’amour et profondément connecté, relié à l’ensemble des êtres manifestés, non manifestés, terrestres ou extra-terrestres. Cette plongée ne peut se vivre que dans l’instant, c’est une plongée non une recherche, ce n’est ni devant ni derrières, c’est au-dedans qu’il est le plus facile d’aller rencontrer ce cœur vivant, vibrant, lumineux et immortel. Cet endroit contient la vérité et aussi à la mémoire, l’intelligence, de vos vies passées.

Prenez là un temps, en ce moment où je vous parle, pour visualiser, ressentir, palper, conscientiser, cet espace infini… et laissez-vous comme englober par cet espace où chacune de vos tensions, chacune de vos peurs, chacun de vos freins peut s’évanouir, s’évaporer, se brûler. Il vous suffit de l’évoquer, de demander, de le vouloir. C’est un concept que votre mental ne peut pas saisir, mais qui s’opère malgré lui. Observez sa tentation de récupérer, de vouloir en faire quelques chose, de vouloir diriger une opération. Constatez et demeurez dans votre espace sacré.

Laissez rayonner, laissez s’étaler, laissez se diffuser, se déployer, cette lumière du cœur. Dans cet espace il n’y a pas de peurs, il n’y a pas de gêne, il n’y a pas de honte, il n’y a pas de culpabilité. Tout ça appartient à la race humaine. Dissociez pour mieux éclairer ce qui émane de l’un ou de l’autre, et ne cherchez pas à échapper à votre condition humaine. Cela n’aurait pas de sens. Mais ne vous laissez pas prendre, emprisonner. Ne croyez pas que vous êtes seulement un être humain, vous êtes aussi un cœur divin. Il ne s’agit pas de le savoir, il s’agit de le sentir. Dans cet instant où vous êtes aidés par l’énergie qui se diffuse, ressentez en toute humilité cette vérité se manifester, avec les yeux de l’enfant intérieur qui sait et qui voit avec justesse, précision, sans jugement ni connotation, l’évidence de ce qui parait devant lui. Voyez avec les yeux de votre enfant cette évidence et sentez comme cela apporte à l’enfant que vous êtes soulagement, apaisement, quiétude, quand vous pouvez vous établir à cet endroit.

A cet endroit, l’interconnexion, les liens sont évidents, et la non séparation devient un fait. Explorez dans ce moment de silence cet établissement. Vous constaterez avec l’expérience que, quand vous y êtes complétement immergés, il n’y a plus de pensées, juste l’évidence.

Et c’est à partir de ce réglage, de cet établissement dans ce lieu, que vous pouvez entendre, voir, sentir, les êtres non incarnés. Et que là le doute ne peut s’immiscer. C’est quand le mental reprend une gouvernance que le doute reprend sa place.

L’amour est infini. Vous pouvez vous ressourcer en descendant (car il s’agit bien d’une descente) dans cet endroit. Vous avez besoin de lâcher des tensions, descendez dans cet endroit. Vous avez besoin de vous ressourcer, descendez dans cet endroit. Vous avez besoin de consumer des peurs, allez à cet endroit. Le feu de votre cœur les brûlera. Vous avez des questions, des compréhensions, qui se cherchent, déposez-les à cet endroit.

La nature peut grandement vous aider, à connecter, à conscientiser, à sentir, cet espace. Certains humains se sont aussi incarnés pour témoigner de cette vérité. Reliez-vous ou fréquentez ces humains.

Vous êtes aimés, vous êtes en sécurité, à chaque instant. Si vous croyez l’avoir perdu, c’est un jeu du mental. Constatez et revenez. Il est normal que vos voiles vous empêchent de demeurer constamment dans cet espace, mais les voiles sont comme des nuages que vous pouvez traverser. Ils n’empêchent pas l’accès. Ils vous empêchent d’y demeurer en permanence. Il y a des moments pour s’occuper des voiles et des moments pour traverser, se retrouver, comme de l’autre côté du miroir où soudain un autre reflet nous apparait.

En toute humilité, entendez ceci : vous êtes des créateurs, vous êtes divins, vous êtes lumière, vous êtes puissants, vous êtes vivants. Votre nature est l’amour, la joie et la paix, et votre condition humaine essaie de rejoindre dans la matière, de diffuser dans la matière, cet état d’origine.

Venez dans mes bras et recevez mon amour. Sentez comme il est issu du même amour que celui qui est en vous. Nous ne sommes pas séparés. Nous faisons partie de la même source, de la même origine. Je vous enveloppe de mon amour pour vous aider à retrouver le lien avec la profondeur de l’amour qui vit et demeure en vous, et duquel vous êtes invités à rayonner sur le monde. Vous êtes beaux, vous êtes belles. Ne laissez pas l’ignorance de votre mental vous nommer autrement, tel un être insignifiant. C’est une injure, une insulte, pour qui vous êtes et cela retient le rayonnement d’amour qui cherche à se diffuser à travers vous.

Je vous aime. Je vous aime. Vous êtes aimés. Vous êtes amour. Vous êtes rayonnants. Soyez bénis.


Le 7 mars 2015

 

Mes biens aimés,

Cultivez le jardin de votre cœur. Semez-y joie, amour. Arrosez, prenez soin à chaque instant de vos plantations, pour nourrir la Terre entière avec vos cultures. Vous êtes la Terre entière. Nourrissez au-dedans de vous et rayonnez vers le monde. Peu importe l’acte ou la parole, le moment ou l’heure, à tout heure du jour ou de la nuit cultivez, arrosez, regardez, pour que se multiplient ces semences.

Si vous perdez la connexion à la joie ou à l’amour, c’est qu’un nuage vient de passer. Mais vous pouvez le traverser et retrouver votre lumière, votre brillance. Vous pouvez aussi attendre que le nuage passe.

Les éléments, les élémentaux, sont des soutiens accessibles, précieux, à votre service… Pour autant qu’ils soient invités à des fins lumineuses. Ils ne sont pas au service du pouvoir, mais au service de votre puissance lumineuse. Discernez d’où vient votre demande, votre appel, pour discerner au-dedans de vous et purifier vos intentions.

Arrêtez-vous et goûtez à la saveur de l’instant. Mettez-vous des panneaux indicateurs qui vous rappellent de vous arrêter. Vous arrêtez juste pour sentir, goûter, être là avec l’instant, mais aussi une sensation illimitée pour quitter la croyance de séparation et goûter à cette évidence d’unité, de connexion. Vous êtes reliés, mais parfois vous l’oubliez. Dans cet état de connexion les évidences surgissent, les réponses aux questions parviennent, le ciel est bleu, le soleil brille, tout est accessible. Osez explorer, expérimenter, tâtonner.

Pour l’expérimentation, l’exploration, le chercheur en vous peut vous guider vers ce que vous cherchez. Rappelez-vous que vous êtes à la fois des êtres humains incarnés sur Terre – dites oui à cette incarnation au service de l’évolution – et que vous êtes aussi des êtres immortels, des êtres lumineux, des êtres accomplis, des êtres pleins d’amour et de joie. C’est aussi vous. Ces deux aspects peuvent se vivre. Ils ne sont pas incompatibles. Ils sont au service l’un de l’autre. Cultivez la paix au-dedans de votre être Il est très important d’amener la paix, la réconciliation, le pardon envers vous-mêmes Il sera important de réécouter ces mots, de ne pas les entendre comme des concepts, mais comme une évidence à établir dans la matière.

L’amour est là, la paix est là, la joie est là, en permanence   au-dedans de votre être. C’est un fait, une vérité. Vous n’avez rien à combler, vous êtes déjà comblés. Méditez sur cela.


Le 31 mars 2015                                                                          

 

Mes chers amis,

                 Insuffler de la détente dans votre corps, c’est permettre un nettoyage de ma surface. Propager de l’amour dans votre corps, c’est propager de l’amour jusque dans mon cœur. Certains veulent prendre soin de moi à leur détriment, en oubliant que c’est en prenant soin d’eux-mêmes qu’ils prennent le mieux soin de moi. Une écologie sans une conscience globale n’est qu’un concept englué dans des peurs. Il ne sert à rien d’avoir peur. Faites confiance en la mutation, la transformation qui s’opère et lâchez vos idées parasites liées à des concepts, qui ne sont qu’une traduction langagière de vos peurs émotionnelles.

Tournez plutôt votre attention au-dedans de vous-mêmes. Observez-vous, déshabillez-vous et regardez-vous avec vérité, honnêteté. Constatez tous les endroits où la peur vous a abimé, rongé. Réparez, prenez soin. Imprégnez-vous de douceur, imprégnez-vous de bienveillance. Changez votre rapport à vous-mêmes et vos habitudes envers moi changeront aussi.

En allant vers une vie plus saine pour vous-mêmes, vous rayonnez d’amour, d’ondes positives qui se diffusent et me traversent. Tournez votre regard au-dedans de vous et regardez la beauté de ce qui pousse au-dedans de vous. Arrosez, reconnaissez et prenez soin de cette immense beauté. Ne trouvez pas de fausses excuses pour ne pas faire ce qui est bon et juste pour vous. Les fausses excuses sont celles qui sont, encore une fois, nées de la peur.

Déployez vos antennes à percevoir, à capter cette énergie de peur pour ne plus la laissez dominer, pour ne plus la laisser mener la barque, pour ne plus la laisser vous imposer des projections sur les autres, pour ne plus la laisser assombrir votre être, afin de quitter les ruminations mentales qui se nourrissent de la peur pour entretenir les guerres dans le monde. Prenez votre responsabilité et faites cesser la guerre au-dedans de vous. Faites cesser le combat. Soignez et libérez vos peurs pour que votre structure entière demeure dans la paix.

Appelez, cultivez, choyez l’énergie de paix pour qu’elle prenne les commandes, soit au premier plan, qu’elle ait le poste principal et qu’elle permette une harmonie globale. Il en va de même pour la joie. Cessez de pleurer, cessez de vous lamenter, cessez de vous plaindre. Ceci n’est pas un ordre, mais juste une prière. Reconnaissez la beauté qu’il y a en vous. Reconnaissez la beauté que manifeste la vie. Reconnaissez votre lumière… et festoyez. Cette joie rayonnante guérit bien des cœurs.

Prenez un moment pour méditer sur ce qu’est réellement l’écologie… et ôtez de ce concept toutes les peurs qui y ont été greffées. Regardez ce que vous projetez sur la vie au travers du filtre de vos peurs. Aiguisez votre conscience à repérer ces projections et permettez-vous de purifier, de nettoyer, de transcender la peur qui vous limite, vous emprisonne ou vous entraîne vers une forme d’agonie.

Suivez le chemin de la joie, suivez le chemin de la paix, et rayonnez de ces énergies pour nourrir autour de vous et permettre à chacun d’en recevoir les bénéfices. Faites pleuvoir cette pluie d’amour tout autour de vous et au-dedans de vous.

Restez en silence et méditez sur ce que vous venez d’entendre ou de lire.

Je vous aime.

 

Le 12 mai 2015

 

        Le silence n’est pas vide. Le silence n’est pas rien. Dans le silence, tout existe. Dans le silence, tout se crée. Dans le silence, tout meurt. Soyez ce silence vivant, vibrant, qui élève vos cœurs, qui élève votre être et le dissout dans le Tout – ce grand Tout d’amour qui est une vibration de plénitude.

      Plongez au cœur de ce silence pour vous rencontrer. Plongez au cœur de ce silence pour rencontrer l’autre. Plongez au cœur de ce silence pour rencontrer Dieu. Prenez un bain de silence pour nettoyer vos corps, nettoyer votre âme, purifier les accroches karmiques. Prenez des bains de silence pour oublier qui vous êtes et renaître du silence. Plongez dans le tourbillon du silence pour élever vos consciences et jaillir à la vie.

       Si je fais l’éloge du silence, c’est pour vous inviter à l’humilité, la simplicité, à retrouver l’évidence de votre état d’être et d’amour. Goûtez au silence, même si le bruit résonne autour de vous, le silence est au-dedans de vous. Il ne s’agit pas de faire taire le vacarme extérieur, mais il s’agit de l’entendre à partir du silence au-dedans de vous. Tombe alors toute forme de réaction ou de réactivité, plus personne ne vous dérange puisque vous êtes silence… et établit dans l’amour (c’est dans le silence qu’il se déploie).

          Il y a plusieurs formes de silence en vous. Expérimentez, cherchez, tâtonnez. Vous ferez ainsi taire les luttes, les bagarres, les crises, car le silence est l’abolition de toutes formes de violence.

          Etre là, au-dedans de soi, établit dans le silence, permet une ouverture et une envergure pour agir et être dans le mouvement de la vie avec plus de disponibilité et de souplesse, car le silence est infini : infiniment grand, infiniment profond, infiniment vaste. Expérimentez, explorez et écrivez votre éloge du silence à partir de votre expérience… et partagez si vous le souhaitez.

          Je vous étreins dans le silence et l’amour. Je vous bénis d’amour et de silence. Je vous honore. Recevez toute ma considération, ma gratitude et mon amour. Je vous aime.

 

Le 18 juillet 2015

 

Mes bons amis,

          Laissez pleuvoir sur vous la pluie de l’amour. Votre peau est imperméable à l’eau, mais est perméable à la vibration de l’amour. Laissez-vous pénétrer par ces ondes. Imbibez-vous jusque dans la moelle de vos os de cette énergie. Inspirez cet air chargé qui vous pénètre, rentre profondément dans votre coeur et réveille l’amour en sommeil au-dedans de vous. Le réveil a sonné, levez-vous. Marchez dans cette conscience. Marchez avec foi, force, détermination, imprégnés de cette énergie et diffusez autour de vous pour le plus grand bien de tous. Caressez tout ce qui vient à vous. Enlacez. Abandonnez-vous à la substance de l’amour. Laissez-la dégouliner. Nourrissez-vous de son substrat et nourrissez autour de vous chaque atome que vous rencontrez.

         Suivez ce mouvement d’ondulation qui vous propulse vers le sommet, tel deux serpents qui se croisent, se recroisent et montent tout en haut pour provoquer une explosion d’énergie et un feu d’artifice dans le cosmos. Suivez cette ondulation. Suivez ce mouvement. L’intelligence de l’amour se trouve dans votre cœur. La sagesse de l’amour se trouve dans votre cœur. Reliez-vous. Laissez-vous pénétrer. Favorisez ce réveil par une attention quotidienne à cet accordage en vous, à cette magnifique et grande énergie d’amour.

         Voyez toutes les formes, toutes les déclinaisons que cette énergie peut prendre. Déclinez à l’infini. Déclinez à tous les temps et par tous les temps. Aimer est variable à l’infini. Cherchez, créez de nouvelles formes. Cette créativité est votre force, est le pouvoir que vous avez au-dedans de vous pour manifester l’amour.

       Il pleut sur vous en ce moment, une pluie généreuse, abondante et douce. Laissez-vous pénétrer. Sentez votre cœur être rejoint.

         Agissez avec amour et constatez que vos cris, vos colères, vos peurs, sont un oubli de cette reliance à l’amour. Elles naissent uniquement quand vous oubliez que vous êtes un être d’amour. Alors souvenez-vous maintenant et marchez avec cette conscience, parlez à partir de cette conscience. Souvenez-vous et n’oubliez plus.

         Relisez ou réécoutez ceci, si vous oubliez, pour raviver la mémoire et intensifier votre potentiel d’amour.

         A toujours, chers êtres d’amour.


Le 19 juillet 2015 (lors du stage serviteur)

lien youtube pour voir la vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=8_XXkrxGtwg

 

Très chers amis,

          Vous êtes descendus dans un corps de chair pour vivre des expériences que vous connaissez déjà : des relations d’amour, de fraternité. Ce corps vous a été donné pour habiter sur Terre. C’est votre maison du moment, mais ce n’est pas votre demeure éternelle. Cependant, apprendre à soigner cette demeure vous enseigne comment prendre soin de la vie. Votre corps est vivant, vous êtes vivants, beaucoup d’êtres sont vivants autour de vous (visibles ou invisibles à vos yeux). Je suis vivante dessous vos pieds. Aimez votre corps. Aimez votre maison. N’y soyez pas attachés, accrochés, mais faites-y le ménage régulièrement. Décorez cet espace avec de étoffes de lumière que vous bénissez avec votre cœur. Et descendez sur le plan de la matière avec vos vibrations de lumière. Souvenez-vous que vous êtes une étincelle de vie avant tout qui œuvre ici pour le plus grand bonheur de tous. Ressentez cette joie immense d’être vivant, vivant au-delà du corps, vivant au-delà de cette incarnation.

          Souvenez-vous que vous existez depuis bien longtemps. Nous existons avant la matière. La pure lumière vit en vous. Et c’est dans cette conscience que nous pouvons nous accorder, résonner, vibrer d’un seul cœur, ce cœur d’énergie. Non pas ce cœur qui peut souffrir, qui peut être blessé, qui peut être soumis aux intempéries, mais ce cœur de vibration qui nous ramène à ce cœur commun et qui nous plonge dans cet océan d’amour.

         Mais revenons à votre incarnation. Vos pieds sont en connexion constante, en relation constante avec mon corps. Comment aimeriez-vous que l’on vous touche ? Comment votre corps aimerait être touché ? Aimez-vous la présence ? Aimez-vous la douceur ? Ou préférez-vous être piétiné par quelqu’un pris par ses pensées ? Ne permettez pas que l’on fasse à votre corps ce qui vous créerait de l’inconfort, et apprenez au travers de l’expérience à marcher sur moi en présence et en conscience. Quand vous foulez vos pas, puissiez-vous être vraiment là comme un massage qui se donne, comme un soin qui se répand, comme l’amour infini qui coule au travers de vos pieds et me caresse le corps.

          Tout comme vous, mon cœur ne peut jamais être brisé, ne peut jamais être sali, est toujours pure lumière. Mais, tout comme vous, je peux avoir avec mon corps des maladies (ce mot regroupe différents désagréments qui peuvent m’arriver). Mais mon cœur sera toujours intact, mon essence sera toujours pure lumière, pur amour. C’est à partir de là que je vous parle.

           Deux axes sont importants : le premier est de donner plus d’importance à notre lumière qu’à l’éphémère. Plus souvent être dans ce contact de nos cœurs, de notre lumière, entrer en parfaite symbiose, entrer en relation, entrer dans la fusion où nos cœurs s’interpénètrent et ne font plus qu’un. C’est l’attention prioritaire qu’il est important de cultiver pour l’évolution commune : intensifier notre rayonnement de lumière, intensifier notre rayonnement d’amour, intensifier la communion de nos cœurs pour qu’ils élèvent le taux vibratoire du plus grand nombre possible. L’autre aspect est le plan de la matière, du corps, de l’éphémère. Celui-ci sert de transition, de lien, pour vous mener vers votre lumière, mais aussi pour vous permettre l’expression de votre lumière. Vous avez besoin de ce corps de chair pour caresser votre frère ou votre sœur. Vous avez besoin de ce corps de chair pour exprimer tout l’amour qui vit au-dedans de votre lumière. Vous avez besoin de ce corps de chair pour transformer la douleur. Vous avez besoin de ce corps de chair pour épurer le karma. Etc. Cette matière vous permet d’honorer la vie, vous permet de faire rayonner votre lumière.

           Après, il y a différents pilotages possibles : se laisser piloter par le mental (certaines fois c’est utile), se laisser piloter par le grand jeu des émotions, se laisser piloter par le cœur, se laisser piloter par le grand jeu, la grande danse de la vie. Vous pouvez renoncer à diriger votre vie pour vous laisser guider par le courant ; ce courant qui vous propulse, ce courant qui vous guide.

              Ce qui est évident, c’est que vous avez votre place ici et que vous avez votre rôle, au-delà de toute représentation ou imaginaire, le cœur de ce qui vous anime est l’amour. C’est lui qui vous fait vive. Il est partout tout autour de vous Quand vous respirez vous pouvez inspirer sa substance. Quand vous marchez sur moi vous pouvez sentir qu’il remonte comme un courant de tendresse, vous enveloppe- les bras de mon cœur vous accueille à chaque instant.

            Sachez aussi vous pardonner et pardonner aux autres. Vous êtes ici avant tout pour vivre des expériences et transformer dans l’expérience, évoluer par l’expérience. Et si dix fois vous échouez, il n’y a aucun mal à cela, il n’y a aucune culpabilité à avoir, cela est seulement pour le mental qui dit « il faut, il devrait, il faudrait, il ne faut pas ». Mais quand une fois vous réussissez, célébrez, fêtez, réjouissez-vous. Et laissez cela s’ancrer au-dedans de vous, laissez cela se diffuser, se déployer. Vous l’aurez compris, ce n’est pas l’ego qui dit « moi, moi, j’ai fait cela », mais c’est le cœur qui fête et qui danse dans les bras de l’amour.

          Vous êtes tous là, dans votre essence, avec cette recherche de vivre dans votre lumière, de déployer, de diffuser et de donner de l’amour autour. Il y en a qui ont plus de difficultés, qui ont besoin d’être encouragés, d’être pardonnés, d’être compris dans leurs difficultés. Mais surtout pas d’être condamnés, jugés. Comme chacun ils font du mieux qu’ils peuvent. La condamnation est pire. Pareillement quand vous vous condamnez vous-mêmes. Ce sont des énergies très basses… Mais seul votre cœur peut comprendre cela. Exercez-vous à entendre, voir, sentir, goûter, à partir de cet espace infini en vous.

           Ressentez combien vous êtes constitués d’amour et sentez que, quand vous êtes connectés à ces vibrations d’amour avec vous-mêmes, elles peuvent rentrer en résonance avec la vibration d’amour avec les vibrations d’amour des personnes autour de vous. De même, quand vous êtes dans des vibrations de peur, elles entrent en résonance avec les vibrations de peur de l’autre en face de vous. Alors, choisissez votre réglage et exercez ce réglage. Sans la pratique, il ne peut pas se mettre en place tout seul. Il a besoin d’être stimulé, encouragé, déverrouillé. C’est le job que vous êtes venus exercer en vous incarnant.

           Ressentez maintenant. Laissez danser vos cellules. Unissons nos cœurs. Fusionnons. Ressentez cette fusion qui s’opère.

             Levez vos bras vers le ciel et descendez vos pieds jusque sur mon cœur. Laissez-vous traverser par les énergies. Permettez à votre corps de recevoir la douce caresse du souffle d’amour.

             Réunissez maintenant vos mains sur le cœur et respirez profondément, amplement, dans cet espace du cœur. Sentez qu’il s’étale à l’infini. Sentez s’effectuer la pénétration de tous les cœurs pour se rassembler en un seul cœur. Redressez la tête, redressez le buste. Ouvrez. Aidez-vous de la respiration pour faire entrer le souffle de vie au-dedans de votre poitrine et expansez. Gardez la conscience que vos pieds sont déposés juste là sur mon cœur. Sentez cette vibration d’amour aussi sous vos pieds. Laissez-vous traverser par les courants d’énergie. Laissez le sourire intérieur se déployer. Sentez que, par cette respiration, cette intensification, la joie aussi vibre. L’amour et la joie dansent toujours ensemble. Ils sont partenaires pour l’éternité ! Laissez-les danser au-dedans de vous.

          Sentez cette danse dans votre corps. Sentez ce mouvement de joie, d’amour, qui danse au-dedans de vous.

            Quand vous serez suffisamment en lien avec cette danse, avec ce mouvement, sortez dans la nature, sortez dehors. Poursuivez ce mouvement. Continuez à déposer vos pieds sur mon cœur. Gardez vos mains sur votre cœur pour laisser s’intensifier ce ressenti dans votre poitrine… et ensuite laissez-vous danser librement. Vous êtes invités au bal de l’amour, de la joie avec les éléments.

                 Sortez maintenant dès que vous en sentirez l’appel.